Roubaix - 22 novembre 2014

    Psaume, C Claudel
Psaume, C Claudel

 

   Camille Claudel à "La Piscine_

 

   La sortie d'automne s'est déroulée un peu plus tard que d'habitude car nous voulions visiter l'exposition Camille Claudel au musée de Roubaix, programmée du 8 novembre au 8 février.

    Une des œuvres importantes de notre musée, Psaume, y était présentée.

 

Photos : Yvon François et  J. Henocq. Texte : J. Henocq.

Tous commentaires et contributions sont les bienvenus.

Cliquez sur une des images ci-dessous pour accéder au commentaire correspondant

Manufacture des Flandres
Manufacture des Flandres
Musée La Piscine
Musée La Piscine
Claudel - L'Implorante
Claudel - L'Implorante

   La Manufacture des Flandres_


     La journée a débuté par la visite de la Manufacture des Flandres, une ancienne usine réhabilitée en musée industriel.

    A notre arrivée dans l'air frisquet du matin, mais heureusement sous le soleil, nous sommes restés bloqués devant le portail. Le guide ne pouvait pas ouvrir la grille. Cela nous a valu d'assister à une prestation impromptue de deux employés municipaux dignes de Starky et Hutch. Amusant, juste un peu long...

 

    Toute l'histoire de ce site, telle que nous l'ont racontée nos guides, est résumée sur le site Patrimoine de France, à la page "Il était une fois Roubaix"

    Je me contente donc de rappeler que l'aventure de l'atelier commence en 1880 grâce à Israel Jean-Baptiste Craye, jeune apprenti belge, qui vient créer une petite fabrique de tissage à Roubaix. En 1914, il se spécialise dans la fabrication de tissus d’ameublement. Ses fils continuent la production puis, dans les années 60, s'orientent vers la copie de tapisseries anciennes.

    L'histoire se termine en 1992, avec le rachat de  l’entreprise roubaisienne par le groupe belge Flemish Tapestries. Le site devient un musée, créé en 2001 par le PDG du groupe Flemish. En 2008, les collections sont cédées à la ville de Roubaix qui rachète les bâtiments pour continuer à faire vivre ce pan de l’histoire textile.

     En janvier 2009, le musée est rebaptisé Manufacture des Flandres.


Ci-dessous une sélection de nos photos

    La Piscine, musée d'art et d'industrie André Diligent_

 

     L'après-midi fut consacré à la visite du musée municipal installé depuis 2001 dans une ancienne piscine fermée depuis 1985 et l'atelier de tissage désaffecté qui lui était contigu.

        Les architectes d'aujourd'hui ont préservé au maximum le chef-d’œuvre art déco conçu en 1932 par leur prédécesseur Albert Baert.

      Les anciens espaces ont subi des aménagements nécessaires à l'accueil des publics et à la présentation des collections sans perdre la mémoire de leur fonction d'origine. Le résultat s'avère très beau et surprenant, il a fait l'admiration de tous nos Amis.

          Ainsi, c'est en "marchant sur l'eau" de l'ancien bassin olympique que nous avons découvert une riche collection de sculptures ; nous avons admiré des chefs-d’œuvre dans les cabines vestiaires devenues vitrines et nous avons parcouru l'espace bains publics où quelques baignoires subsistent entre deux salles dédiées à l'accrochage des peintures,...

         Les adhérents répartis en trois groupes ont bénéficié d'une visite guidée de tout le rez-de-chaussée. Malheureusement, nous n'avons pas eu le temps de voir l'étage, consacré aux arts appliqués, à la tissuthèque et à la mode. Une bonne raison de retourner dans ce site atypique.

 

Pour re-découvrir l'extraordinaire musée "La Piscine", son histoire et ses collections,

rendez-vous sur le   Site officiel du musée de La Piscine de Roubaix

Une très intéressante visite virtuelle vous y est proposée. Cliquer sur les icônes vous permet d'obtenir des renseignements approfondis sur les collections, les œuvres et leur présentation.

 

Ci-dessous, une sélection de nos photos prises ce jour-là :

   L'exposition Camille Claudel, au miroir d'un art nouveau_

 

       Nous avions choisi la date de ce voyage pour ne pas manquer l'exposition exceptionnelle sur Camille Claudel (1864, 1943) organisée cet hiver au musée de Roubaix. Et je crois pouvoir dire que cela a été une très bonne idée car nous avons été enchantés de cette visite.

         La Piscine, qui détient 6 œuvres de Claudel dont La petite châtelaine, "véritable icône de ses collections"*, a voulu marquer le 150ème anniversaire de cette grande artiste en lui rendant un hommage éclatant.

       L'exposition a bénéficié d'opportunités exceptionnelles. Elle présente 160 œuvres, prêtées par la famille de l’artiste, par plusieurs institutions publiques et privées dont les musées parisiens d'Orsay et Rodin. Le futur musée Camille Claudel, qui ouvrira en 2015 à Nogent-sur-Seine, lieu de résidence de la famille Claudel de 1876 à 1881, a prêté l'intégralité de sa collection. Le Musée d'Abbeville a aussi prêté  un buste, Psaume. Cela fait apparaître l'ampleur de la création de Camille Claudel pendant ses 30 années d'activité.

 

     Nous suivons l'évolution artistique depuis "La vieille Hélène", un des premiers modelages connus de Camille (1882 - elle avait 18 ans), déjà caractérisé par une nette tendance au réalisme. Ses créations sont accompagnées de celles de sculpteurs contemporains, dont son premier maître, Alfred Boucher, et bien sûr Rodin.

     Cette confrontation avec ses contemporains révèle Camille Claudel comme "une artiste essentielle dans l'histoire de la sculpture moderne"*.

    La présentation ingénieuse, avec son cloisonnement en vitrines double-face, permet de comparer les œuvres des différentes époques, réparties en onze sections, selon une perspective à la fois chronologique et thématique. Quelques ébauches de modelages et études montrent l'important travail de recherche et de conception qui précède les sculptures abouties.

        Sont bien sûr évoquées les années dans l'atelier de Rodin (1883 - 1893). Voyez à ce sujet la fiche proposée par le musée Rodin (cliquez sur le lien). Là, Camille fut d'abord chargée de travailler sur des éléments des sculptures du maître, en témoignent les études de mains et de pieds présents dans les vitrines. Puis les deux artistes travaillent à des sculptures jumelles. Les similitudes sont manifestes entre plusieurs pièces présentées côte à côte, comme La jeune fille à la gerbe de Claudel et Galathée de Rodin.

          Le premier grand groupe accepté au salon en son nom fut Sakountala (1888). Réalisé en plâtre, il se trouve dans un état lacunaire mais est néanmoins visible dans l'exposition. Vers la fin de l'exposition, de l'autre côté de la vitrine, nous avons pu comparer ce même sujet retravaillé dans le groupe Vertumne et Pomone et dans la Niobide blessée.

 

      Les 11 salles révèlent une quantité impressionnante de sculptures remarquables, d'inspirations et de techniques très diverses, voici quelques exemples :

  • La Petite Châtelaine est un merveilleux visage d'enfant présenté au milieu de beaucoup d'autres admirables. Camille sculpta des portraits de son jeune frère, Paul, âgé de treize ans. On le retrouve plus loin, à trente-sept ans, dans un ensemble de portraits d'adultes.
  • La Valse, présentée en différents formats, fascine par son élégant déséquilibre.
  • La Vague, qui fait écho à celle d'Hokusaï, et tous les petits groupes de Causeuses et Causeurs ont beaucoup de vivacité et de charme
  • Le groupe L'âge mur  et ses dérivés comme L'Implorante sont des témoignages  magnifiques et émouvants de l'histoire tumultueuse de sa liaison avec Rodin.

Impossible de tout citer... Encore une pourtant, car elle est vraiment à part. Il s'agit du groupe monumental Persée et la Gorgone, de facture classique. Le héros grec brandit la tête coupée de la Gorgone vaincue qui est un autoportrait saisissant de l'artiste. A côté, une photo montre la sculptrice grandeur nature, dans son atelier, devant cette statue en plâtre qui fut son dernier grand travail avant sa réclusion.

  * Citations du livret de présentation de l'exposition


       Vous trouverez une liste exhaustive des œuvres de l'artiste sur le site de l'Association Camille Claudel. Pour la plupart, elles sont présentées avec une photo et une fiche expliquant l'origine du sujet choisi et l'histoire de la sculpture.


NB.   Certaines des images du diaporama ci-dessous contiennent un lien*.  Si vous souhaitez avoir des explications sur l'origine et  le sens d'une œuvre en particulier, ce lien   vous  dirigera sur la fiche correspondante.

*Passez la souris sur l'image, il y a lien lorsqu'elle se transforme en main

 

Ci-dessous vidéo de l'AFP annonçant l'exposition :

"La Valse,", "la Vague", "les Causeuses", "l'Age mûr"... aucune de ses sculptures, gracieuses, pleines d'amour et de souffrance, ne manque à l'appel ou presque: le musée de La Piscine à Roubaix (Nord) rend hommage à Camille Claudel". (2mn)

 

En complément d'information, je vous propose ci-dessous une vidéo de Culturebox  (page complète : http://culturebox.francetvinfo.fr/expositions/sculpture/hommage-a-camille-claudel-au-musee-la-piscine-de-roubaix-201833)


    Ci-dessous,une interview du directeur du musée, Bruno Gaudichon, par Guy Boyer de Connaissance des arts, pour faire le point sur le mythe qui entoure l'artiste. (14mn)

Écrire commentaire

Commentaires : 0

© Association des Amis du musée Boucher-de-Perthes

 

VOUS AIMEZ LE MUSÉE,

ADHÉREZ AUX AMIS !

Adhérer à l'Association des Amis du Musée Boucher-de-Perthes,

c'est faire œuvre utile de mécénat pour la conservation de notre patrimoine.

Contactez le Musée sur

Musée Boucher-de-Perthes d'Abbeville Officiel

sur Facebook.

 Oeuvres du musée sur le site de la RMN



Les collections du Musée Boucher-de-Perthes sur la base Joconde du Ministère de la Culture

 

Cliquez sur le logo pour visualiser les œuvres du musée